Solidaires veut un appel à la grève pour le 11 octobre

mercredi 14 septembre 2011
popularité : 16%

mardi 13 septembre 2011

Article du monde.fr du 13 septembre 2011

La grève coûte que coûte. C’est le message qu’a voulu faire passer, mardi 13 septembre, pour sa rentrée, le syndicat Solidaires. Alors que l’intersyndicale (CGT, CFDT, UNSA, FSU et Solidaires) du 1er septembre n’a pas réussi à s’entendre sur les modalités de la "journée nationale d’action interprofessionnelle" prévue le 11 octobre pour protester contre le plan d’austérité du gouvernement, Annick Coupé, la porte-parole de Solidaires, a affirmé que, concernant son syndicat, cette journée "passera dans tous les cas par des appels à la grève". L’intersyndicale doit se réunir jeudi pour tenter de fixer les modalités de la journée d’action, juste après un bureau national de la CFDT, qui n’a pas caché ses réticences à appeler les salariés à la grève dans un contexte de crise. "La grève ne nous paraît absolument pas la bonne voie" dans "une situation très difficile pour le pouvoir d’achat et d’inquiétude des salariés pour leur emploi", a expliqué le secrétaire général adjoint de la CFDT, Marcel Grignard. Le 1er septembre, il avait fallu cinq heures de débat aux représentants des cinq syndicats – la CFTC et la CFE-CGC étant absentes – pour s’entendre sur une date. FO s’était désolidarisée de la démarche des autres centrales.

"Nous souhaitons qu’il y ait un maximum de monde dans la rue le 11 octobre et, pour cela, nous ne connaissons pas d’autre moyen que des appels à la grève et des arrêts de travail", soutient aujourd’hui Annick Coupé. "Il sera difficile pour nous d’accepter un communiqué unitaire si les modalités ne sont pas fixées jeudi", assure-t-elle, se disant même prête à appeler à la grève avec seulement la CGT et la FSU, "même si ce n’est pas ce qu’on souhaite".

"Appeler à manifester sans la CFDT ne veut pas dire qu’on fait exploser l’intersyndicale" assure déjà Catherine Lebrun, secrétaire nationale du syndicat. Solidaires compte en effet prouver son volontarisme alors que les élections profressionnelles ont lieu autour du 20 octobre dans les fonctions publiques d’Etat et hospitalière, principaux bastions de Solidaires.

Des collectifs de citoyens contre la dette publique

Autre écueil, l’approche d’échéances électorales "complique les mobilisations sociales" de l’aveu même d’Annick Coupé. "Mais nous ne pensons pas que la primaire socialiste [organisée le 9 et le 16 octobre] perturbe la mobilisation", assure-t-elle, parlant "d’un aspect de la vie politique". Le syndicat compte d’ailleurs peser sur la campagne en montant, avec l’association Attac, des collectifs citoyens sur la dette publique afin de "faire de cette question un vrai débat citoyen et non une affaire de technocrates".

Toutefois, le syndicat ne se prononcera par sur les candidats, se contentant de préparer "une brochure sur les enjeux de cette période" qui devrait faire une grande place aux questions fiscales, dont dépend principalement, selon le syndicat, le rétablissement des comptes publics.


Agenda

<<

2018

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627281234
Aucun évènement à venir les 10 prochains mois